Appel au peuple d'Egypte

Non à un nouveau mandat, non à la transmission du pouvoir par héritage

Pour l'élection du Président de la République parmi plusieurs candidats

 

La campagne populaire pour le changement

 

 

 

Nous, soussignés, partis politiques, forces politiques de toutes tendances, organisations de la société civile, membres de syndicats ouvriers ou professionnels, intellectuels, artistes ou citoyens de toutes les couches de la société, estimons que le système basé sur le choix par l'Assemblée du Peuple d'un seul candidat pour la Présidence de la République soumis ensuite à référendum, ainsi que le droit du président de briguer un nombre illimité de mandats, les pouvoirs absolus que la Constitution égyptienne lui donne, en plus de la fraude électorale qui a mené à la généralisation de l'abstention, tout cela a figé le système politique de notre pays au point que l'on entend actuellement parler dans les milieux politiques et populaires de la possibilité d'une transmission du pouvoir par héritage en Egypte..

 

Il est maintenant clair, après plus de 24 ans de pouvoir du président Moubarak, que ce système constitue un obstacle aux changements urgents nécessaires pour répondre aux défis auxquels nous faisons face, qu'il s'agisse des problèmes socio-économiques -  généralisation de la corruption, détérioration des services publics, hausse vertigineuse des prix, baisse du niveau de vie des citoyens ou encore le problème du chômage - ou des défis extérieurs qui menacent notre sécurité nationale, à savoir les politiques agressives de l'Etat sioniste et l'occupation américaine en Irak.

 

Nous, soussignés, affirmons notre détermination à œuvrer pour un changement rapide de la constitution avant la fin du présent mandat du président en octobre 2005, et pour que ce mandat soit le dernier du président Moubarak. Nous réaffirmons que ces propositions de changement doivent être mises en place le plus rapidement possible pour laisser la possibilité aux forces politiques d'une réelle participation aux prochaines élections présidentielles, et pour que le peuple égyptien recouvre son droit à choisir ceux qui le gouvernent et à leur demander des comptes, ainsi que son droit à une existence libre et digne pour tous ses citoyens, sans chômage ni corruption, sans répression du droit à la libre expression ni torture dans les prisons et les postes de police.

 

La liberté et la démocratie sont l'un des droits primordiaux de l'être humain. "Dieu nous a crées libres et nous ne nous laisserons plus jamais gouverner par un pouvoir se transmettant par héritage, ni mettre en esclavage"

 

Partant, nous, soussignés, soutenons les revendications suivantes:

1 – Changement de la constitution pour permettre l'élection du Président de la République parmi plus d'un candidat, pour une période ne dépassant pas plus de deux mandats, et la réduction des pouvoirs du Président de la République de manière à garantir une séparation réelle entre les différents pouvoirs..

2 – Abrogation de la loi d'urgence et de l'ensemble des lois entravant les libertés, libération de l'ensemble des prisonniers politiques et des prisonniers d'opinion.

3 – Changement de la loi sur l'exercice des droits politiques garantissant la supervision totale de la justice sur l'ensemble des étapes des élections.

 

Le Caire, le 9 septembre 2004

 

Les signataires (selon l'ordre alphabétique en arabe)

* Les Socialistes Révolutionnaires, Les Frères Musulmans, Le mouvement du 20 mars pour le changement, Le Parti du Peuple socialiste, Le Parti Communiste Egyptien, Le Parti du Travail, Le Partie du lendemain,  le Parti du mouvement d'al Karama "en voie de constitution",

* Le Programme Arabe pour les Militants des Droits de l'Homme, L'Association Egyptienne pour le droit au travail, Le comité de défense des droits du citoyen au nord du Sinaï, Le Centre Social Egyptien, Le Centre Egyptien pour le Droit au Logement, Centre Hisham Moubarak pour la Loi.