En défense de la liberté d’expression

 

Pétition internationale

 

 

Depuis qu’il ait couvert les évènements de Fellouja (Irak), du 5 au 11 avril 2004, notre ami Ahmed Mansour, écrivain et journaliste à la chaîne de télévision Aljazeera, fait l’objet de toutes sortes d’attaques. Ce journaliste réputé a été personnellement visé par des déclarations émanant des secrétariats d’état américains de défense des affaires étrangères. Aussi, il a été l’objet de diffamations de la part de plusieurs parties. Cela sans compter que l’équipe de télévision d’Aljazeera a échappé, de justesse et à plusieurs reprises, à des bombardements américains.

 

Ce n’est pas la première fois que l’administration américaine intervient pour bâillonner la liberté de la presse dans le monde arabe. Aljazeera ainsi que plusieurs autres chaînes satellite arabes, qui bénéficient d’une marge de liberté supérieure à la norme dans leurs pays, subissent et continuent de subir un contrôle d’un nouveau genre. Il demeure que cette fois-ci, nous sommes, malheureusement, face à un cas de diffamations et calomnies colportées à l’encontre d’un individu qui assure sa mission de journaliste avec un rare professionnalisme. En témoignent les dangers encourus et les circonstances inhumaines auxquels il eut à faire- face, à Fellouja, en plein siège et bombardement de la ville.

 

A Jénine, Kaboul, Gaza, Rafah, Bagdad et Nadjaf les journalistes arabes ont pu briser le monopole de l’information et ont donné au monde l’exemple d’une diversité concrète, sans laquelle la lecture occidentale unilatérale n’aurait pu être brisée. Ce qui a permis de défaire les tentacules du monopole médiatique dans le monde, ouvrant des voies à de libres expressions et innovations. On comprend, dès lors, qu’il devient inadmissible à une administration qui a fait sien le monopole de la force dans le monde de tolérer que la parole, l’image et l’opinion soient offertes à d’autres. Chose qui explique aussi qu’elle cherche, par tout moyen, à faire pression sur les voies qui n’obéissent pas à son son de cloche.

 

Proclamant notre solidarité totale avec notre ami Ahmed Mansour et tous les journalistes libres dans le monde arabe, nous exigeons de l’administration américaine de mettre fin à ses pressions sur les chaînes satellite arabes.

 

 

Merci d’envoyer vos signatures à l’adresse ci-dessous :

 

ahmedmansoursolidarity@noos.fr

OU

achr@noos.fr